Université Libre de Bruxelles

Belgique : l’Université Libre de Bruxelles touchée par une cyberattaque

Décidément, dans cette crise du Covid-19, les pirates n’épargnent aucune organisation. Qu’il s’agisse d’administrations, d’entreprises, d’hôpitaux ou d’institut d’enseignement comme l’Université Libre de Bruxelles, les cibles des hackers sont nombreuses. L’ULB a été récemment victime d’une attaque informatique très sérieuse aux dires de son porte-parole Nicolas Dassonville.

Une attaque informatique d’une grande ampleur


La cyberattaque dont a été la cible l’Université Libre de Bruxelles a été jugée particulièrement sérieuse à en croire Nicolas Dassonville, le porte-parole de cet institut d’enseignement belge. Bien que cette intrusion dans ses serveurs détectée en début du mois soit restreinte, son intensité n’en demeure pas moins d’une grande ampleur. Les conséquences de ce piratage auraient pu être plus importantes si les mesures idoines comme l’arrêt des autres serveurs n’avaient pas été prises. Grâce à la mise à l’arrêt de l’ensemble de ses serveurs informatiques, l’ULB est parvenue à circonscrire les dégâts. Il faut l’avouer, la multiplication des cyberattaques en cette période où la crise du coronavirus fait rage est inquiétante. La situation est préoccupante et c’est le lieu d’attirer l’attention des entreprises suisses sur ces menaces de piratages informatiques. Les victimes de ces cyberattaques sont le plus souvent dans la réaction. Or, il faut prendre les mesures de sécurité adéquates pour faire face à un éventuel acte de piratage informatique.

Belgique : l’Université Libre de Bruxelles touchée par une cyberattaqueL’ULB dans un processus de mise en route progressive de ses serveurs


Touchée par cette attaque informatique, l’Université Libre de Bruxelles n’a pas tardé à relancer ses serveurs. Le processus de mise en marche de l’ensemble des machines est progressif. Pour permettre la poursuite de ses activités, plusieurs solutions sont étudiées par l’ULB dont la gestion service par service. Pour cette université, la prudence reste de mise non seulement pour circonscrire tous les contours de cette attaque, mais aussi pour en prévenir de nouvelles. Les entreprises du monde entier et particulier de Suisse sont donc prévenues et savent désormais quoi faire pour éviter le pire en se faisant voler des données informatiques sensibles dans cette période de crise du coronavirus avec son corollaire de désorganisation et de vulnérabilité engendrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *